Comment Evernote a migré 3 Po de données vers Google Cloud

Comment Evernote a migré 3 Po de données vers Google Cloud

14/02/2017 Cloud Computing Google Cloud Platform 0

En 2016, Evernote, spécialisé dans les solutions mobiles de prise de notes, a décidé de migrer l’ensemble de ses données vers les datacenters de Google. Soit 5 milliards de notes et 12 milliards de fichiers pour un résultat à la hauteur des attentes de la start-up.

La décision d’une entreprise de basculer l’ensemble de ses données jusqu’alors gérées en interne vers le cloud public est loin d’être anodine. Surtout lorsque l’on s’appelle Evernote et que l’on gère 5 milliards de notes et 12 milliards de fichiers totalisant 3 petaoctets (1 Po = 1 000 To) de données. Mercredi dernier, la société a annoncé que le gros de la migration avait été effectué.

Evernote a souhaité tirer parti du cloud pour l’aider à exploiter les fonctions d’apprentissage machine qu’il a développées mais également pour gagner une agilité venant du fait de ne pas avoir faire tourner un datacenter. C’est d’ailleurs l’une des tendances fortes observées ces dernières années dans de nombreuses sociétés. Alors que cette transition nécessite pas mal de travail et d’adaptation, Evernote a salué les efforts de Google pour l’aider dans son gigantesque projet.

Pourquoi migrer vers le cloud ?

Le travail à mener était réellement énorme, d’autant qu’à la base, le backend d’Evernote a été conçu pour tourner sur les deux datacenters jumeaux de la société. Beaucoup de temps a ainsi dû être passé pour maintenir l’activité comprenant le remplacement des disques durs, le déplacement des câbles et évaluer les nouvelles options d’infrastructure.

En termes de fournisseurs dans le cloud, Evernote n’avait que l’embarras du choix entre Amazon Web Services, Microsoft Azure et Google Cloud. Ce qui a emporté le choix d’Evernote est lié aux similarités entre son focus actuel et les domaines d’expertise de Google, la start-up hébergeant un grand volume de données avec pour objectif de les exploiter via du machine learning. « Nous avons fait un choix stratégique et ces domaines qui sont importants aujourd’hui le seront aussi demain et ce sont les mêmes dans lesquels Google excelle », a expliqué Ben McCormack, VP Operations. Alors que le coût est souvent cité comme principal bénéfice des migrations vers le cloud, M. McCormack a indiqué que cela n’a pas constitué un critère principal aux yeux d’Evernote, ni un frein à sa migration.

Les équipes de Google ont accompagné Evernote dans sa migration de très près sur une plage horaire 24/7 afin que tout se passe de la meilleure façon possible et pallier à tout incident. En tout, la migration s’est déroulée sur 70 jours, avec la plus grosse partie sur 10 jours en décembre. Pour Evernote, une chose est claire : même avec les projets les plus exigeants, une équipe doit pouvoir être prête à s’adapter à la volée à un nouvel environnement. Et cela n’a pas toujours été simple. Par exemple, Google a dû utiliser des techniques de migration en direct pour déplacer des machines virtuelles d’un hôte vers un autre afin d’appliquer des correctifs et contourner les problèmes matériels. Quoi qu’il en soit, de l’avis d’Evernote, son projet de migration a montré que le cloud est prêt pour supporter n’importe quel sorte de workload.

Des gains de latence et de chargement de pages réduits 

L’un des principaux bénéfices pour Evernote est que le cloud de Google a permis de réduire la latence et d’améliorer la consistance de la connexion à l’international. Le temps de chargement des pages a également été réduit. Actuellement, il reste une dernière salve de pièces jointes à migrer avant la fin définitive du projet de migration. Pour la suite, la start-up prévoit de tirer parti de quelques autres fonctionnalités du cloud de Google mais aussi d’autres services à venir. Elle compte notamment utiliser Google Cloud Functions, permettant aux développeurs d’écrire des snippets de code exécutables. Des tests alpha portant sur la Cloud Platform mais encore jamais publiquement révélés au public sont dans les tuyaux et serviront au déploiement de nouvelles fonctionnalités inclues prochainement dans Evernote.

Article basé sur celui de Blair Hanley Frank / IDG News Service et adapté par Dominique Filippone pour Le Monde Informatique.